Blog de nouvelles associé au site personnel:
L'arbracigogne

17 août 2014

Range écouteurs pour Smartphone






Les explications pour coudre le vôtre sont en ligne (gratuitement). Merci de ne pas recopier les photos ou les explications sur vos propres pages mais de faire un lien vers cet article de blog ou le document sur Youscribe.



13 août 2014

Un patchwork "trésor" dévoilé


 La courtepointe de 1718

Susan Briscoe publie un livre (à paraitre en septembre) sur ce patchwork traditionnel anglais daté de 1718;

Le livre détaille toute l'histoire de cet ouvrage, historique et technique et vous permettra éventuellement de le reproduire. L'auteur (préface de Kaffe Fasset) y détaille non seulement les techniques traditionnelles anglaises de l'époque (mosaïque sur papier - comme les jardins de grand-mère) mais aussi les moyens plus modernes de reproduction.


Ce patchwork est l’ouvrage britannique le plus ancien connu avec cette technique. Il a été acheté par la famille Brown of Aldbourne au XVIIème siècle et est resté dans la famille jusqu'à son exposition au Quilt Museum de York.

On trouve à l'arrière des pièces encore de nombreux papiers et lettres découpées. Tous les tissus utilisés à l'époque étaient des tissus de vêtements de récupération. On en dénombre près de 120 dont le plus ancien a été daté de 1640.

Vous pourrez précommander ce livre à votre libraire ou le trouver en ligne : en cliquant ici, tous les détails.



01 août 2014

La Comtesse de Ségur

Aujourd'hui Google nous rappelle qu'il y a 215 ans naissait la comtesse de Ségur.
J'ai bien peur que les enfants ne lisent plus ses livres et, si j'en crois les liens proposés par le-dit moteur de recherche, il n'y en a que pour un dessin animé.


En pourtant, vous souvenez-vous de la boite à ouvrage des Malheurs de Sophie?




La boîte à ouvrage
Quand Sophie voyait quelque chose qui lui faisait envie, elle le demandait. Si sa maman le lui refusait, elle redemandait et redemandait jusqu'à ce que sa maman ennuyée, la renvoyât dans sa chambre. Alors, au lieu de n'y plus penser, elle y pensait toujours et répétait :
"Comment faire pour avoir ce que je veux ? J'en ai si envie ! Il faut que je tâche de l'avoir."
Bien souvent, en tâchant de l'avoir, elle se faisait punir ; mais elle ne se corrigeait pas.
Un jour sa maman l'appela pour lui montrer une charmante boîte à ouvrage que M. de Réan venait d'envoyer de Paris. La boîte était en écaille avec de l'or ; le dedans était doublé de velours bleu, il y avait tout ce qu'il fallait pour travailler et tout était en or ; il y avait un dé, des ciseaux, un étui, un poinçon, des bobines, un couteau, un canif de petites pinces, un passe-lacet. Dans un autre compartiment il y avait une boîte à aiguilles, une boîte à épingles dorées, une provision de soies de toutes les couleurs, de fils de différentes grosseurs, de cordons, de rubans, etc. Sophie se récria sur la beauté de la boîte : "comme tout cela est joli ! dit-elle, et comme c'est commode d'avoir tout ce qu'il faut pour travailler ! Pour qui est cette boîte, maman ? ajouta Sophie en souriant, comme si elle avait été sûre que sa maman répondrait : C'est pour toi.
- C'est à moi que ton papa l'a envoyée, répondit madame de Réan."



22 juillet 2014

ATC pour un changement de dizaine!!


Merci Josée pour ce joli souvenir brodé aux rubans. Il y avait bien longtemps que je n'ai reçu d'ATC mais tu me fais souvenir qu'une ATC appelle un échange... je vais y penser!
Voilà un cadeau d'anniversaire qui va rejoindre ma collection...

27 juin 2014

Protection du patrimoine

Oui, je sais, ce n'est pas bien de ma part d'avoir abandonné ce blog pendant presque deux mois, mais j'ai été bien occupée et vous avez du le voir sur ma page Ravelry ou sur mon compte de photos Flickr.

Je voudrais néanmoins, vous raconter un peu, une visite faite en groupe hier, dans la campagne mayennaise.
Nous avons eu la chance de visiter le château de Bourgon à Montourtier avec sa propriétaire qui est passionnée de son histoire.

Je n'ai pas de photo de la façade principale, nous n'avons pas eu très beau temps mais vous en trouverez de nombreuses sur le site extrêmement complet du château à voir ici .

L'arrière du château et la chapelle.

L'orage menaçait!!

La chapelle et le porche d'entrée. Les photos ne sont pas grandioses (la qualité des photos d'un smartphone ne valent pas un vrai APN...)
L'intérieur du château, qui accueille groupes et séminaires est meublé (au fil des siècles et des propriétaires) mais le plus extraordinaire à mes yeux est la collection de tableaux sur bois qui recouvre tous les murs d'un salon (le salon bleu de la Marquise de Sablé - 1625), un témoignage du temps des Précieuses.


Chacun des dizaines de panneaux montre des fleurs différentes dans des paniers au tressage lui aussi différent. L'artiste était italien et il connaissait l'art de la vannerie ET la botanique! ici des lys.

Ici des fritillaires - présentes mais pas du tout courante en Mayenne.

L'une des chambres possède aussi des murs décorés par le même artiste avec ici, des vues géographiques, des tables fleuries, des monogrammes de la famille Monteclerc, et des panneaux de séparation avec des motifs typiquement italiens de tapisserie au point de Hongrie dit Bargello.


Les poutres du plafond reprennent ce motif et vous aurez toutes les explications historiques de ce point de broderie (point de Hongrie - voir ici) et son utilisation pour la tapisserie sur ce lien (en anglais)

Celles qui ont fait cette visite avec moi se souviendront peut-être des splendides chaises de la même époque vues au Château du Bois d'Orcan en Ille et Vilaine; leur tapisseries très bien conservées montraient les mêmes motifs en zig-zag.

La visite du château se termine dans un beau bâtiment des communs utilisé pour des expositions artistiques dont vous aurez le calendrier sur le site du château. Depuis les ouvertures du toit, quelques belles vues sur le domaine.


Je termine ce message mais avec une demande à vous, lectrices, qui avez apprécié cette visite virtuelle. Le château est menacé (visuellement!!) par l'implantation dans une zone proche, d'éoliennes. Vous trouverez toutes les informations sur cette page ainsi qu'une pétition à signer pour empêcher cette implantation.





 






01 mai 2014

Premier mai et muguet

Passez une bonne journée!!


15 avril 2014

Petit voyage à Dijon

Voyage où l'on va bien sûr faire un petit coucou à l'ours de François Pompon qui orne l'entrée du jardin de la Place Darcy.



Puis les immanquables achats de pains d'épices chez Mulot et Petitjean, les moutardes très spéciales du beau magasin Maille ...et le but de notre voyage: 
L'exposition 2014 du club Le Point de Croix dijonnais dit PCB

Mes propres photos sont visibles sur ce lien, l'album fait par le club sur celui-là.

Encore merci aux brodeuses et aux décoratrices de nous avoir permis de voir une aussi jolie mise en scène d'ouvrages plus beaux les uns que les autres.

07 avril 2014

De vieux, très vieux textes sur les chiens

Vous l'avez déjà vue sur mon blog, notre chienne est un retriever. Sa race est connue pour une action spécifique que les anglophones appelle "tolling" et qu'on peut traduire par "leurre".
La race en tant que telle, originaire de la Nouvelle-Écosse (province à l’extrême sud-est du Canada) a été officiellement reconnue seulement au début du XXème siècle mais il est amusant de retrouver des textes du XVII et XVIIIème siècles qui racontent déjà ce genre de chasse.

Pas pour la chasse mais pour voir les canards de près!
La carte de la Nouvelle-Écosse en 1672 : c'est l'ancienne Acadie française et la "Baie Française" est actuellement la Fundy Bay entre le Canada et les USA.


[Fac-similé de la "Carte de l
[Fac-similé de la "Carte de l'Acadie et des Pays compris entre le Rivière Pentagouet, le Cap-Breton et le Saint-Laurent". 1 : 2 330 000 environ. 1672]
Source: gallica.bnf.fr 
 
Gros plan sur l'extrémité sud-Ouest (le Yarmouth County actuel), nommé sur cette carte, le Cap-Fourchu, où l'on situe le berceau de la race des Nova Scotia retrievers.

Et l'on trouve déjà sur la première carte de Champlain (en 1607) la mention de la région du Cap-Fourchu : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8439362t
 
Et voici ce texte de Dière de Diereville (aucune information disponible sur cet auteur sinon qu'il fut un médecin embarqué sur un navire de la Royale), publié en 1708.

En-dessous du lecteur de Gallica, je reproduis la page qui nous intéresse spécifiquement. Les vers de Diereville ne sont pas de la grande littérature mais ce qu'il raconte est fort intéressant pour l'histoire de la race.
Pour ceux dont le navigateur ne prend pas en charge le Flash (MAC) voici le lien direct : cliquez ici.


Les autres textes, de Nicolas Denys (en 1672) ne sont pas encore numérisés par Gallica. Il faut se reporter au site américain archives.org.

06 avril 2014

Souvenir et hommage

La romancière Régine Deforges nous a quitté cette semaine et pour nous, les brodeuses, elle restera celle qui a fait publier le premier grand beau livre pour remettre l'art du point de croix au devant des loisirs textiles.

Contrairement à ce que dit l'article du journal Le Monde d'hier ce livre ne date pas de 2000 mais de 1986.

A cette époque j'avais commencé à broder, des tableaux de naissance pour mes enfants et ceux de la famille, de petites choses mais le manque de documents était flagrant . Je ne possédais qu'un seul livre :


et il fallait aller à Paris, en face de Beaubourg pour trouver un magasin avec de jolis modèles

C'est donc dans ce premier livre de Régine Deforges que j'ai trouvé les premières reproductions d'alphabets Sajou, des livrets de modèles Cartier-Bresson ou du Magasin des demoiselles.

La photo n'est pas "de face" car la broderie est protégée par une vitre

Et arrivés dans notre nouvelle maison de l'époque (1987), je me suis lancée dans ma première "composition". De grande taille - pas de toile fine à acheter dans ces années-là - pas très équilibrée sans doute mais pour la première fois, je transformais une photo en grille de point compté (l'église de notre village). Les autres motifs sont tirés du livre de Régine :
  • Les petits savoyards : page 92
  • Le grand alphabet : page 33
  • Les initiales : page 117
  • Les lettres gothiques : page 49
  • Les fleurs : pages 134 et 136
  • Seule la couronne est tirée de l'autre livre - déjà un dessin suédois.

30 mars 2014

Bibliographie pour Machines à Coudre anciennes

 Le document suivant que vous pourrez lire et/ou télécharger vous permettra de connaitre les documents de ma bibliothèque personnelle disponibles sur les machines à coudre principalement avant 1960.

Merci de lire les informations données en page 2 avant toute demande par courriel.